Filters

Giovanni Antonini & Il Giardino Armonico -Haydn 2032, Vol. 10: Les heures du jour - Diapason

Au sommet de la discographie (historiquement informée) de ces trois symphonies, composées par Haydn alors qu’il vient d’entrer au service du prince Esterhazy, trônent Nikolaus Harnoncourt (Teldec, 1989) et Sigiswald Kuijken (Accent, 2012). Giovanni Antonini offre autre chose : comme dans les précédents volets de son « Haydn 2032 », les contrastes et les accents sont au cœur du discours. Ce que relevait Rémy Louis à propos du Volume IX ( cf. n o 699 ) s’impose ici encore : nuances et dynamiques milimétrées, « rhétorique des contrastes supérieurement ordonnée » et « cantabile châtié à l’expression raffinée ». Et toujours cette vitalité, ces rebonds, « souvenir des flamboyantes gravures vivaldiennes ». Mais il y a plus : dans ces pages égrenant les heures du jour où le sens des atmosphères est essentiel, les sonorités enchanteresses du Giardino Armonico sont un atout que ne possédaient ni Harnoncourt ni Kuijken. Ecoutez seulement le « Matin » : le lever de soleil éblouit par sa beauté plastique et son ambitus dynamique époustouflant (il faut tendre l’oreille au début murmuré). L’ Allegro qui suit, pris plus allant que chez les illustres aînés, balaie tout sur son passage dansant. Et ces voiles dans les premiers accords de l’ Adagio ! Les tempos de cette lecture nerveuse (énervée, diront certains), volontiers très vifs (le finale de la n o 6 file à toute allure, comme chez Harnoncourt), donnent moins une impr ession d’urgence que d’énergie communicative. Le premier mouvement concertant du « Midi » pétille, le deuxième fascine par ses sonorités mouvantes. L ’éloquence d’Antonini est double : celle des timbres, celle du geste que suggèrent phrasés et dynamiques ; l’une plante les décors, l’autre anime les personnages. Tout cela finit par sonner avec une espèce d’évidence dont on ne se détache qu’avec peine. Antonini et son Giardino Armonico allient la vitalité d’Harnoncourt, la poésie de Kuijken, le sens du fini de Hogwood.

Diapason
01 October 2021